Études Bibliques 1

Que ce livre de la loi ne s'éloigne point de ta bouche; médite-le jour et nuit, pour agir fidèlement selon tout ce qui y est écrit; car c'est alors que tu auras du succès dans tes entreprises, c'est alors que tu réussiras. LSG: Josué 1:8

 

 

 

 

Études Bibliques

Étude, sur les temperaments

LES QUATRE TEMPERAMENTS, suite...

Partie.1

1 Etude biblique de l’église protestante évangélique de Petit-Wasmes (janv. 2018)

- Remercier Dieu pour la diversité et la complémentarité de chacun dans l’église

- Comprendre que l’on a vraiment besoin les uns des autres

- Mieux repérer nos faiblesses pour mieux nous soigner, mieux nous corriger

- Améliorer nos points forts, mieux les utiliser au service de notre église locale

- S’engager a réduire un maximum les conflits au sein de nos familles et de nos communautés respectives

- Permettre au Saint-Esprit de maîtriser, tempérer, voire transformer notre tempérament, lentement, progressivement mais sûrement !

 

Vous fâchez-vous facilement? Êtes-vous rancunier, timide ou trop bavard? C’est a cause de votre tempérament !!!

 

C’est a un médecin grec, Hippocrate (5è s. av. J.C.) que l’on doit cette découverte. Il a déterminé les différences de tempérament selon les individus et a donné les théories et les traits caractéristiques. Aujourd’hui, cette théorie est toujours d’actualité et a bien été développée au cours des siècles.

 

v Il y a quatre tempéraments : le sanguin ; le colérique ; le flegmatique et le mélancolique

 

v Définitions :

 

- Ensemble de traits innés qui caractérisent une personne psychologiquement et physiologiquement.

- Humeur, disposition particulière d'une personne.

- Manière propre de réagir face a une impression forte, une émotion, avec des degrés différents d’excitabilité

 

v Le tempérament : nous sommes ne avec !

 

Toute personne qui a plusieurs enfants sait que les enfants, déjà tout-petits ont des personnalités très différentes. Bien que la plupart des enfants se livrent aux mêmes activités (comme jouer, manger, dormir et se lever le matin), leurs comportements peuvent être très différents. En d’autres termes, les enfants ont des manières caractéristiques de réagir au monde qui dépendent de leur tempérament.

 

Chaque enfant nait avec un tempérament : celui-ci est en partie déterminé génétiquement. Nous sommes donc, chacun d’entre nous, nés avec un tempérament…

 

Il est la combinaison biologique et génétique entre :

- nos parents / grands-parents (nous en avons 4 !)

- notre nationalité

- notre race (les gens du Sud ont le sang chaud !)

- notre genre sexuel

- autres gènes et facteurs héréditaires

- notre nature pécheresse, etc…

 

Bien qu’il n’existe aucune définition universelle du mot < tempérament », on utilise généralement ce terme pour expliquer les différences entre les comportements de chacun, c’est < inné », donc reçu a la naissance.

 

≠ Le caractère lui est notre tempérament qui a été modifié avec le temps par ce que nous avons acquis et appris

 

C’est notre tempérament auquel on rajoute :

+ notre éducation

+ nos études, notre formation intellectuelle

+ nos expériences de vie

+ nos principes fondamentaux

+ nos attitudes

+ notre physique

+ nos croyances, nos valeurs

+ motivations, émotions …

+ le milieu dans lequel nous avons évolué

Avec tout ce qui a été acquis, construit, nous agissons et réagissons différemment

Le caractère d'une personne résume la manière dont cette personne réagit habituellement dans une situation donnée. On dira : < quel caractère agréable » ou < quel caractère de cochon »

 

Le caractère est donc ce que nous sommes au plus profond de nous-même= le vrai < moi », La Bible l’appelle < l’homme intérieur »

 

≠ la personnalité qui est ce que l’on voit

 

• la personnalité est l’ensemble des comportements observables

 

–“nous sommes ce que nous faisons”

 

• elle est le résultat des “habitudes” acquises au cours de notre développement

La personnalité est l’ensemble des caractéristiques d’une personne, qui définissent son individualité et permettent de la distinguer de tout autre être humain.

La personnalité est l’interaction entre le tempérament, le caractère et son milieu social.

 

La personnalité est l’expression extérieure de nous-même. C’est le visage, l’apparence que nous donnons. Idéalement, il devrait être notre caractère visible. L’extérieur identique de l’intérieur.

Souvent, c’est la partie agréable de ce que nous sommes et que nous montrons de nous-même.

En bref …

Tempérament = c’est inné, tout ce que l’on a reçu à notre conception Caractère = tempérament + acquis par les facteurs extérieurs/environnement Personnalité = c’est l’ensemble (tempérament / caractère / intelligence) qui est le

résultat observable dans la société (ce que les autres voient de nous)

 

+ Chaque tempérament présente des forces et des faiblesses.

 

La personne motivée a se comprendre et a s’améliorer doit distinguer parmi ses qualités celles qui entrainent généralement des réactions

positives. Celles-ci sont susceptibles de rehausser notre image personnelle, de nous valoriser .

 

Cependant, il faut analyser toutes nos caractéristiques; surtout celles qui provoquent des comportements excessifs et qui blessent les autres, car si le fait de connaitre nos qualités et de pouvoir les utiliser a bon escient nous procure un avantage exceptionnel, nous avons également tous nos points faibles.

 

HYPPOCRATE classifia les humains en quatre catégories de base : sanguin, colérique, mélancolique, flegmatique (lymphatique).

 

Le sanguin :

- Expansif et exubérant dans la conversation. Parle fort et crie souvent.

- Se sent poussé a parler et a être le centre de l'attention.

- Tend a la superficialité et a l'exagération.

- Mauvais auditeur : capacité d'attention limité, et grande facilité de distraction.

- A l'habitude de parler avant de penser.

- Ses décisions sont davantage fondées sur les sentiments du moment que sur le raisonnement analytique.

- Dissimule peu sa colère ou son malaise car il est extraverti.

- Explose facilement, mais garde rarement rancune.

- Joyeux, bruyant, expressif et d'humeur agréable.

- Comme les mots ne lui manquent jamais, il est souvent envié par les personnes timides.

 

Le colérique :

- Extraverti, parle beaucoup, mais de façon plus réfléchie que le sanguin.

- Dans les dialogues, il déteste les détails qui font les délices du sanguin

- A tendance a formuler des questions inquisitrices

- Se concentre sur les l'aspect intéressant et significatif des sujets.

- Contrairement au sanguin, ne manifeste pas de sympathie facilement et peut se montrer indifférents aux besoins des autres.

- Il manifeste sa capacité de leader, il lui est facile de prendre des décisions pour lui-même et pour les autres.

- Têtu, il aime dominer et commander

- Il est intuitif et rapide dans ses évaluations et ses jugements. N'a pas confiance dans les analyses théoriques.

- Il veut toujours avoir raison et grâce a son esprit aiguisé et a son sens pratique, l'emporte souvent.

- A souvent la victoire dans les disputes

- Lorsqu'il se dispute, il est souvent moqueur et sarcastique.

 

Le mélancolique :

- Introverti. Il est difficile de savoir ce qu'il pense et ce qu'il sent.

- A confiance dans le raisonnement analytique.

- Son esprit inquisiteur lui donne l'habilité d'évaluer tous les aspects de chaque situation

- Parlera après avoir pensé et réaliser une soigneuse analyse.

- Peut manifester différents états d'âme qui vacillent entre le haut et le bas ; parfois il est renfermé, déprimé et irritable ; a d'autre moment, il se montre plein d'entrain, amical et même loquace.

- Se laisse dominer par les sentiments, ce qui, souvent lui rend difficile la réalisation des ajustements émotionnels nécessaires dans sa vie.

- Perfectionniste, habile, très sensible.

- Il lui est très difficile d'exprimer ses véritables sentiments.

 

 

Le flegmatique (lymphatique) :

- Parle avec mesure, calme et réflexion.

- Sec et tranchant dans ses affirmations et même lorsqu'il plaisante.

- Se fâche difficilement.

- Evite les confrontations ; sa devise est < paix et tranquillité à n'importe quel prix »

- Bien qu'il se montre très souvent nerveux, il ressent plus d'émotion qu'il n'en laisse paraitre.

- Mesuré : il ne rit pas trop fort et ne pleure ostensiblement.

- Ses expressions faciales sont difficiles a interpréter, car il paraît imperturbable. Il donne l'impression d'être distant et non émotif.

- Reste étranger a ce qui se passe autour de lui et ne fournit pas d'information très facilement.

- Possède un esprit bien structuré et penche vers l'analyse et la déduction.

- Stabilité lui rend digne de confiance.

- Son sens de l'humour assez froid plait a certains, mais peut se révéler désagréable pour le conjoint.

- Il est considéré comme digne de confiance et agréable, a moins que sa manière d'être calme et méthodique n'irrite ceux qui ont un

tempérament plus vif.

 

Chez le sanguin, les émotions sont a fleur de peau. Il est démonstratif et transforme chaque tâche en une partie de plaisir. Il adore la compagnie des autres et chaque nouvelle expérience a sur lui un effet stimulant. Il ne manque d’ailleurs pas d’embellir la réalité a la première occasion. Il se lie facilement et c’est un optimiste.

 

Le mélancolique est une personne réfléchie. Qu’il soit homme ou femme, il prend tout au sérieux et sa vie est soumise a l’ordre, a la méthode et a l’appréciation de la beauté et de l’intelligence. Il ne se précipite pas a la recherche de réjouissances, mais analyse comment il pourrait le mieux organiser sa vie.

 

Le sanguin et le mélancolique se ressemblent beaucoup. Ils sont tous deux émotifs, mais différemment; le sanguin passe par des hauts et des

bas qui durent une minute, tandis que chez le mélancolique, les hauts et les bas peuvent durer un mois!

 

Le colérique est ambitieux et atteint normalement les objectifs qu’il s’est fixes. Tandis que le sanguin passe son temps a raconter des histoires et que le mélancolique passe le sien a réfléchir, le colérique accomplit ce qu’il a a faire. On peut facilement le comprendre et s’entendre avec lui si ofl observe sa règle d’or : «Faites-le comme moi je le veux et faites-le maintenant>

 

Le colérique ressemble au sanguin car ils possèdent tous deux des personnalités ouvertes et optimistes. Cependant, l’ambition du colérique lui confère des qualités de chef et une productivité plus grande. Il se prononce seulement quand il est sûr d’avoir raison. Il aime affronter les obstacles et les amis tiennent peu de place dans sa vie. Ce sont les situations d’urgence qu’il préfère b

 

Le flegmatique s’accommode de toutes les situations. C’est le tempérament avec lequel il est le plus facile de s’entendre. Il attenue les emportements du sanguin, refuse de se laisser impressionner par les brillantes décisions du colérique et ne prend pas trop au sérieux les plans compliqués du mélancolique. Dans le juste milieu, le flegmatique chemine tranquillement seul en évitant les conflits et les prises de décisions. Tandis que le colérique veut tout commander, le flegmatique a tendance a attendre qu’on lui demande d’agir et il ne cherche pas a se faire valoir. Il a beaucoup d’amis car ses qualités le conduisent a entretenir des relations humaines positives. Il sait écouter et est généralement calme et maître de lui.

 

+ Personne n’est caractérisé par un seul et unique tempérament.

Personne ne possède un tempérament pur, mais nous sommes tous un mélange des quatre. Normalement il y en a toujours un qui

prédomine dans chaque individu et les trois autres font aussi partie de notre être a différents degrés, mais de façon secondaire.

 

Selon ce médecin grec, nous tous, êtres humains, sommes la combinaison de deux ou davantage des quatre tempéraments de base ; en général.

 

On peut par exemple être un sanguin-colérique : 60% sanguin et 40% colérique

 

Il y a donc des < combinaisons > de tempéraments

 

+ Aucun tempérament n'est meilleur que l'autre.

 

Chaque tempérament possède des qualités qui lui sont propres. Lorsque poussées trop loin, celles-ci risquent de se transformer en défaut!

 

Les différences si elles n'arrivent pas aux extrêmes et sont canalisées d'une manière adéquate, peuvent toujours se révéler positives.

 

+ « Celui qui connaît les autres est intelligent. Celui qui se connaît est sage » (Lao Tseu)

 

La connaissance des caractéristiques fondamentales du tempérament des autres, de même que du nôtre, nous aide a mieux comprendre la manière d'être et de réagir de chacun.

 

On peut ainsi acquérir une bonne compréhension mutuelle, qui reviendra toujours a une meilleure communication, a un attachement plus grand et plus solide et a une intimité plus satisfaisante entre nous.

 

 

+ Personne ne possède a lui seul toutes les caractéristiques d’un même tempérament.

 

La plupart des gens possèdent une majorité de traits d’un tempérament dominant et des traits secondaires issus de l’un ou l’autre des trois

autres tempéraments.

 

Toutefois, nous sommes uniques, chacun de vous est unique, et chacun d’entre nous est une combinaison de traits de personnalité caractéristiques de chacun des types avec des intensités variables.

 

+ Le tempérament peut être change ! c’est une bonne nouvelle !!!

 

Avec la maturité spirituelle, le Saint-Esprit a déjà travaillé notre tempérament b

 

Pour certains, il y a déjà une transformation du tempérament qui a été accomplie, depuis des années : vous avez travaillé a certains domaines qui vous dérangeaient, le Saint-Esprit et les autres ( b) vous ont déjà façonnés…

 

Mais ce n’est pas fini bb On ne peut pas dire : < c’est ainsi que je suis 1 c’est trop tard b>, < personne ne peut me changer 1 > …

 

Quelle que soit notre personnalité, notre caractère, notre tempérament : Dieu transforme toujours b et toujours pour un mieux : mieux pour nous et mieux pour ceux autour de nous.

Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature 1 Les choses anciennes sont passées, toutes choses sont devenues nouvelles (2 Co 5:17) Il y a des choses qui changent très vite, d’autres pour lesquelles il faut beaucoup plus de temps : c’est ça, la sanctification ; progresser de

plus en plus pour ressembler a Jésus.

 

Nous n’avons pas désiré notre nature pécheresse

 

Nous n’avons pas choisi notre tempérament

 

Nous n’avons pas recherché tout ce qui nous est arrivé (mauvaises expériences, l’éducation reçue … notre race … nous n’avons même pas pu choisir nos parents b)

 

Mais nous pouvons choisir d’être de véritables disciples bb

 

je regarde toutes choses comme une perte, a cause de l‘excellence de la connaissance de Jésus-Christ mon Seigneur, Php 3 : 8mais je fais une chose: oubliant ce qui est en arrière et me portant vers ce qui est en avant, je cours vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ. Php 3 : 14

Quelques conseils pratiques :

 

1. Bénir le Seigneur pour le tempérament qu’Il nous a donné. Il a donné a chacun de nous des dons spirituels, des talents naturels, des capacités intellectuelles, artistiques et manuelles. Le tempérament est une de nos composantes aussi importantes, intéressantes et utiles dans l’œuvre de Dieu

2. Prier pour que notre tempérament soit transformé b

3. Reconnaitre votre type de caractère, en accentuer le côté positif tout en vous aidant a gommer, travailler ou éliminer les aspects

négatifs.

4. Connais-toi toi-même : les personnes qui réussissent le mieux, sont celles qui se connaissent, qui connaissent leurs atouts et leurs

forces autant que leurs faiblesses, et qui savent donc s’adapter au mieux a leur contexte et aux défis

5. Comprendre les autres et constater que ce n’est pas parce qu’une personne est différente de nous qu’elle a automatiquement tort.

6. Aucun chrétien rempli de l’Esprit ne doit analyser ou cataloguer les autres ni non plus dénigrer une autre personne a cause de son tempérament, surtout quand on pointe principalement les faiblesses et ses défauts. On ne peut jamais ridiculiser une personne a cause de sa personnalité

7. Tout aussi problématique : s’excuser de son mauvais comportement en se cachant derrière son tempérament : ah c’est normal que je lui ai crié dessus, je suis un colérique 11 FAUX : nous sommes appelés a ressembler de plus en plus a Jésus, dans nos paroles, nos pensées, nos motivations ou encore dans nos attitudes, nos actions et nos réactions bb

 

FIN DE PARTIE.1

Partie.2

Mr Colérique : points forts (Tim Lahaye, Tempérament dirigé par l’Esprit, p. 30 & 31)

+ Forte volonté

I Individu discipliné et ne craignant pas l’adversité, il réussit souvent la où les autres ont échoué

I Très confiant dans ses propres capacités et son autorité. Auto-déterminé, il lâche rarement prise

I Actif et toujours en mouvement, il est embarqué dans de multiples actions : la vie, c’est l’activité !

I Tenace quand il se lance dans ses projets, il sera obstiné et atteindra le but fixé, quoi qu’il en coute…

+ Pratique

I Consacré principalement aux domaines pratiques de la vie

I Il considère et distingue vite toute chose en fonction de son utilité et est heureux quand ce qu’il fait en vaut la peine !

I Il a un sens aigu pour l’organisation mais a en horreur les détails.

I Décisions prises par intuitions plus que par un raisonnement analytique

I Il peut estimer très vite une situation et diagnostiquer la solution la plus pratique.

+ Leader

I Il a de profondes tendances a être un leader. Sa forte volonté le pousse a dominer le groupe.

I Il a un bon jugement concernant les gens qui l’entourent.

I Rapide et courageux en cas d’urgence

I Prompt a accepter de diriger si on lui propose, il est souvent le premier volontaire qui se dévouera la où les autres ne

le veulent pas

+ Optimiste

I La confiance naturelle en soi qui le caractérise le pousse a un optimisme face a la vie et il sait qu’il trouvera les

bonnes solutions, quelles que soient les situations.

I Esprit pionnier et aventureux, il est capable de quitter une position stable et sure et d’accepter le défi de l’inconnu.

I Il se focalise et fonce vers le but prévu, aux dépens des pièges, problèmes qu’il n’a même pas évalué au départ.

I L’opposition ne le décourage pas, au contraire, c’est son adrénaline qui le rendra encore plus convaincu et déterminé !

L’apôtre Paul est l’exemple le plus représentatif de ce tempérament. Enflammé, déterminé, joyeux même dans les

tourments, ce colérique hors-pair fut un des grands leaders de l’église primitive qui a bouleversé le monde qui l’entourait

 

 

Mr Colérique : points faibles (p. 37 & 38)

+ Coléreux

I Son tempérament volcanique lui donne l’énergie qui le pousse a la réalisation de ses objectifs

I mais c’est également ce qui le pousse a se mettre violemment en colère !

I Il aura tendance a se venger, surtout si on lui a fait du tort injustement. Amertume ou ulcère sont fréquents !

I Il réagit en général très mal aux humiliations, et est donc vite vexé.

+ Cruel

I Il y a chez le colérique un coin de pure cruauté qui l’amène a piétiner les autres pour accomplir ses projets,

I s’il ne se tient pas a de fermes principes moraux, il pourrait avoir recours a des moyens douteux pour y arriver.

I C’est avec la dureté a l’égard de ses inférieurs qu’il sera tenté de commander de manière dictatoriale.

I Bien des criminels et des dictateurs ont été ou sont des colériques !

I Saul de Tarse, persécuteur de l’église était sans pitié avant sa conversion

+ Fougueux

I Son activisme, sa tendance fougueuse et sa détermination peuvent le rendre extrêmement têtu, ce qui peut l’entraîner a être imprudent.

I Ses passions étant très fortes, et il peut ainsi tomber dans des péchés très graves, surtout dans le domaine de l’impureté.

I Il lui est très dur de s’excuser et souvent, il lance des affirmations cruelles, brusques et sarcastiques « blessantes »

I Il aura du mal également a manifester son appréciation, par contre, la réprobation lui sera facile

+ Suffisant

I La forte prédisposition a l’indépendance et a la confiance en soi fait de lui un individu très suffisant

I Quelques réussites personnelles peuvent le rendre hautain, fier et dominateur

I Il lasse souvent les autres par ses traits de tempéraments et les autres ont souvent l’impression qu’ils ne peuvent

jamais pleinement le satisfaire

I Même après la conversion, il lui est difficile de dépendre totalement du Seigneur.

I Quand il essaye de lire la Bible ou de prier, son cerveau actif s’envole facilement vers la préparation de ces activités

 

 

Paul nous démontre bien ces quelques points faibles. Cruel avant sa conversion, il a persécuté l’Eglise et assisté au martyre d’Etienne. Mais nous retrouvons son tempérament dur face à Jean-Marc qui les avait lâché lors du 1er voyage missionnaire. Barnabas le mélancolique quant à lui, a dû se séparer de Paul pour consoler le jeune Jean-Marc.

Mr Mélancolique : points forts (p. 31 & 32)

+ Sensible

I Il possède le tempérament le plus profond, la nature la plus riche et le plus sensible de tous les tempéraments

I Candidat au génie : le plus haut % de génie de tous les tempéraments

I Excelle dans les arts : David, le plus prolifique des psalmistes, le joueur de harpe qui apaisait la furie de Saül, le poète qui maniait la plume aussi bien que sa fronde.

I Ouvert a la pensée créative. Les coups d’émotions fortes le pousse vers les sommets de l’âme et une production créative hors-pair :

pensons au Ps 119, une œuvre d’art poétique : un Ps. acrostiche : chacune de ses 22 strophes commence par une lettre de l’alphabet hébreu, et chacune de ses 22 strophes contient 8 versets et chacun de ces 8 versets commence par la même lettre de l’alphabet. Cela donne un total de 176 (= 22 x 8) versets artistiquement disposés : ça c’est aussi le côté perfectionniste !

I Par nature, il a tendance a l’introversion, mais comme ses émotions prédominent, il est sujet a des changements d’humeur : parfois il est poussé jusqu’a l’extase, ce qui le fait agir de façon extravertie (David dansait nu, enthousiasmé lorsque l’arche a fait son entrée a Jérusalem). Mais dans d’autres périodes, il devient morne et déprimé (Ps. de lamentations comme le Ps. 22)

+ Perfectionniste et analyste

I Fortes tendances au perfectionnisme : la barre de l’excellence est souvent placée trop haute, presqu’impossible a atteindre

I Ses capacités analytiques doublées de tendance perfectionniste font du mélancolique un « chasseur de détails » : il est celui qui pensera a tout ce que les autres n’ont pas pensés ! Si Mr Colérique ou Mr Sanguin proposent un projet, en 2 temps, 3 mouvements Mr Mélancolique va l’analyser et souligner tous les problèmes qui pourront se poser.

I Il est perçu comme le « contre », mais indispensable pour la bonne réalisation du projet. Il ne parle pas pour ne rien dire, mais si on lui

demande son avis, il sera souvent écouté car sa réponse indiquera qu’il a analysé en profondeur la situation

I Comme il analyse bien, il réfléchit bien a son engagement : il connaît ses limites et son potentiel, ainsi, il n’acceptera que le travail qu’il pourra accomplir. Rien de superflu, réfléchi, pondéré : on peut toujours compter sur le mélancolique pour terminer son travail a l’heure et assumer sa responsabilité pour la mener a bien.….

+ Ami fidèle et Loyal

I C’est naturel, inné d’être un ami fidèle. Il est digne de confiance, et ses rares amis le lui rendent bien.

I En général, il n’a pas beaucoup d’amis comme le sanguin, mais il garde ceux qu’il a : l’amitié de David et Jonathan est légendaire, conclue par un pacte, amitié qui va jusqu’au renoncement, voire jusqu’au sacrifice de soi

I Fiable et loyal ! Même au péril de sa vie, il est demeuré loyal au roi Saül : a plusieurs reprises, il aurait pu le tuer et accéder au trône, mais sa loyauté envers Dieu, envers la royauté, envers le roi Saül ont été plus fortes

I Lorsque David apprendra que Saül est mort : il sera dans une grande tristesse. Un autre se serait réjouit d’enfin accéder au trône, David est demeuré dévoué, loyal au roi.

+ Esprit de sacrifice

I Goliath ! Personne n’osait, mais lui était prêt a tout pour Son Dieu, image par excellence du Messie qui Lui s’est sacrifié pour tous, Grande profondeur de jugement, bonne réflexion; le mélancolique aime prier et garde facilement une vie intérieure sérieuse et régulière (la méditation est facile pour lui, et il aime la solitude). Il est très sensible, humble et d’une très grande fidélité dans ses amitiés.

Mr Mélancolique : points faibles (p. 39 a 42)

+ Egocentrique (tout ramener a soi, c’est < moi » qui compte, c’est < moi » qui est le plus important, l’autre ne m’intéresse pas)

I Le plus égocentrique de tous les tempéraments : introspection et auto-contemplation qui paralysent sa volonté et son énergie

I Toujours en train de disséquer son être et ses conditions mentales, son état spirituel, enlevant couche après couche, comme on pèle un

oignon. A long terme, c’est très nuisible. C’est ici que l’on retrouve surtout les hypocondriaques !

I Combien de Ps. tournent autour de lui, de son ressenti, de ce qu’il vit, ce qu’il pense, de ses états d’âme, …

I Mais c’est aussi par son égocentrisme que l’on comprend son drame avec Bath-Shéba : il a satisfait Ses besoins sans jamais se soucier de

tout le reste, de tout ce que cela entraînerait pour les autres. Seul lui comptait dans cette relation …

+ Pessimiste

I En raison de son perfectionnisme et de son esprit d’analyse, il a tendance a être pessimiste. Il peut voir la fin d’un projet mais ce qui est

encore plus réel devant ses yeux, ce sont tous les problèmes qui se dressent devant. Ils peuvent devenir plus lourds dans son esprit que la réalisation et la satisfaction même du projet. Il peut même être persuadé que le résultat final ne sera pas aussi bon que prévu.

I Cela le rend indécis et effrayé a l’idée de prendre des décisions car il ne veut pas se tromper et manquer la perfection qu’il s’est fixée

I Personne n’est plus critique que lui. Il est inflexible, intransigeant envers les autres. Il voit le point noir et pas le tableau blanc !

+ Morose

I La déprime ou une grande période de désespoir peuvent l’entraîner dans un cercle vicieux : rien ne va plus ! rien ne va …

I Il préfèrera alors échapper a la réalité quotidienne, rêver réveiller ! il est tellement déçu du présent qu’il préfèrera se tourner vers le passé, et quand il est fatigué du passé, il pense alors a un avenir meilleur !! a tout, sauf a la réalité présente ….

I Le sanguin et le mélancolique se ressemblent beaucoup. Ils sont tous deux émotifs, mais différemment; le sanguin passe par des hauts et

des bas qui durent une minute, tandis que chez le mélancolique, les hauts et les bas peuvent durer un mois!

+ Vengeur

I A cause d’une sensibilité a fleur de peau, il lui est difficile de pardonner un affront, une insulte. Bien qu’extérieurement calme/tranquille, il

a souvent de la haine ou de l’animosité qui bouillonnent en lui. Il ne peut jamais les mettre en œuvre, comme le ferait le colérique, mais il peut intérioriser pendant de nombreuses années des ressentiments, de l’animosité et un désir de vengeance.

I David, sur son lit de mort : quelques recommandations a Salomon, d’un père a son fils : < Fortifie-toi et sois un homme! 3 ( 1R 2) mais directement, après : 5 Tu sais ce que m’a fait Joab, … ce qu’il a fait a deux chefs de l’armée d’Israël, … il les a tués. Il a versé pendant la paix le sang de la guerre, …6 Tu agiras conformément a ta sagesse et tu ne laisseras pas ses cheveux blancs descendre en paix au séjour des morts.

et il continue, sans n’avoir rien oublié, même la, alors qu’il va mourir, pas un détail n’a été effacé !

8 Voici, il y a près de toi ShimeI, le fils de Guéra, le Benjaminite, de Bachurim. Il a prononcé de violentes malédictions contre moi le jour oà je me

suis rendu a MahanaIm. Mais il est descendu a ma rencontre vers le Jourdain et je lui ai juré par l’Eternel que je ne le ferais pas mourir par l’épée. 9 Mais désormais, ne le laisse pas impuni, car tu es un homme sage et tu sais comment tu dois le traiter pour faire descendre dans le sang ses cheveux blancs au séjour des morts.»

I Ps. imprécatoires : < les enfants du méchant, son ennemi, deviennent orphelins et sa femme, une veuve ! » ou le Ps. 59 l4Extermine avec

fureur, extermine, et qu’ils ne soient plus ! ou encore le Ps. 58 6 0 Dieu, brise-leur les dents dans la bouche! Eternel, arrache leurs mâchoires

Trop pessimiste dans ses jugements, trop sérieux et en même temps rêveur. Il est souvent trop passif et manquera alors d’esprit d’initiative, car il a peur des humiliations et des épreuves. Il doit être toujours encouragé avec patience et doit être poussé a passer a l’action.

Mr Sanguin : Points forts (p 28 & 29)

 

 

+ Jouit de la vie

I Curieux par rapport a tout ce qui l’entoure

I Très influencé : un nouveau cadre lui fera oublier même les choses les plus déplaisantes !

I Rarement de mauvaise humeur, on l’entend même siffler ou chanter si ses pensées sont heureuses

I Se tourne facilement vers une activité qui le captive, il n’a pas le temps de s’ennuyer

+ Optimiste

I N’a pas vraiment peur du futur (Pierre laisse tout et se met tout de suite a suivre Jésus)

I Il n’est pas par conséquent d’un naturel très prévoyant

I Facilement inspiré dans de nouveaux projets : son enthousiasme sans limite entraîne souvent les autres

I Sait vivre dans le présent, sans être prisonnier des déceptions du passé : si un projet capote, son optimisme lui fait réussir le suivant !

+ Amical

I Il est très jovial et le toucher est un langage communicatif chez lui : serrer la main, tape dans le dos

I Il est doté d’une naturelle affection pour les autres : se fait facilement des amis

I Aime cotoyer les gens, partager leurs joies et peines

I A tendance a aider les autres a s’intégrer dans un groupe : ce qui lui vaut leur reconnaissance et de l’affection

+ Compatissant

I Il a le cœur tendre et compatissant : il répond sincèrement aux besoins des autres

I Capable de s’identifier aux autres en ressentant leurs émotions et leurs expériences, bonnes ou mauvaises

I Il incarne a la perfection l’ordre biblique < Réjouissez-vous avec ceux qui se réjouissent, pleurez avec ceux qui pleurent » (Romains 12 :15)

I Sa sincérité est tellement soudaine qu’il est souvent mal compris par les autres

 

 

Personne ne vous aimera davantage et ne vous oubliera aussi vite qu’un Sanguin ! Il vit si bien dans le présent qu’il jouit de la vie. Le monde est enrichi par le tempérament vibrant et joyeux de Mr Sanguin ! Lorsqu’ils sont motivés et disciplinés par Dieu, ils peuvent devenir de grands serviteurs de Jésus-Christ !

Points faibles (p 38 a 3U)

+ Agité et impulsif (Pierre laissa les filets et se jeta a l’eau, coupe l’oreille du soldat)

I L’hyper-activité du Sanguin nous révèle qu’il est en fait quelqu’un d’agité à peu pratique et pas très organisé

I Sa nature émotive le pousse a s’exciter dans l’immédiat à sans avoir analysé la situation, il court dans la mauvaise direction

I Son esprit agité ne lui permet pas toujours de se concentrer à cela affecte sa vie spirituelle et l’étude de la Bible

I Sauf s’il se discipline, il a tendance a trop courir dans tous les sens et a ne pas remplir ses devoirs : improductif…

+ Faible volonté (Pierre : « je ne connais pas cet homme ! »)

I Sa personnalité dynamique cache souvent la façade d’un caractère faible

I Son problème de fond est sa faible volonté et son manque de discipline à s’il se disciplinait, son potentiel serait sans limites !

I Ce qui le porte évidemment a terminer rarement ce qu’il a commencé !

I Il répondra souvent « OUI ! » a une charge qu’on lui propose, sans évaluer le pour et le contre ou son manque de temps…

I Il ne connaît pas ses limites, il veut souvent faire plaisir à tout le monde

I Bien qu’il soit capable de bien stimuler un groupe en tant que leader, il est difficilement méthodique dans son travail

I Il oublie trop facilement ses résolutions, ses rendez-vous, difficile de compter sur lui pour une date limite ou programme minuté

I Il a tendance a ne pas être résolu ou loyal a cause de sa faible volonté

+ Égoïste et vantard (« moi je ne te renierai pas ! »)

I Semble plus mur que les jeunes de son âge par sa personnalité plaisante à peut accentuer son égoïsme naturel

I Peut des fois dominer la conversation, a tendance a parler de plus en plus avec l’âge et croire que tous s’intéressent a ce qu’il dit

+ Émotions instables (Pierre pleura amèrement après avoir renié Jésus)

I Son instabilité émotionnelle le porte a se décourager, a être triste et a excuser ses défauts

I Son tempérament chaud peut le faire quelquefois se mettre en colère et envoyer tout balader…

I Après avoir explosé, il oublie tout à sincèrement attristé, il demande facilement pardon, très souvent pour la même chose !

I Succombe facilement a la convoitise/tentation suite a sa sensibilité émotionnelle et sa faible volonté

 

 

Pierre est sans conteste le caractère le plus sanguin de la Bible : aucun disciple n’a reçu autant de réprimandes de Jésus que lui ! En revanche, personne n’a reçu d’éloges aussi personnels de Jésus que Pierre « ce ne sont ni la chair ni le sang qui t’ont révélé cela » ou

« tu es Pierre, et sur cettre pierre je bâtirai mon église »… Charisme fort. Bien qu’impulsif, impétueux, Jésus l’invite sur le Mont de la

Transfiguration… ! C’est qu’il a changé !

 

è Ses besoins spirituels fondamentaux sont la tempérance ou maîtrise de soi, la patience, la foi, la paix et la bonté.

Mr Flegmatique : points forts (p 33 & 34)

+ Humoristique

I Sa calme bonne humeur rend drôles les choses « terre-à-terre »

I Sa stimulante imagination et son humour sec fait éclater les gens de rire !

I Par nature, il est qualifié pour être un bon conseiller, conciliateur

I Sa lenteur et sa nonchalance facilitent l’écoute chez les autres

 

 

I Sa capacité a ne pas s’identifier aux autres le rend objectif à ne jette pas ses conseils a la figure des gens mais donne un avis réfléchi

+ Sûr, digne de confiance, calme, modéré, prudent (Le calme d’Abraham en Gn.14 :14-16 et bat l’ennemi par sa stratégie au secours de Lot)

I Il est la confiance personnifiée : il remplit ses obligations, ponctuel à ses rendez-vous

I Il peut être un ami très fidèle, bien qu’il ne s’engage pas trop avec les autres

I Rarement déloyal

+ Efficace

I Mr Flegmatique est ordonné, pratique et efficace : son esprit de réflexion lui fait épargner beaucoup d’énergie

I Capable d’analyser une situation à recherche moyens pratiques d’atteindre l’objectif sans trop d’efforts

I Travaille bien même sous la pression, craque difficilement la où les autres craqueraient très vite !

I Il met très haut la barre de l’exactitude, et de la précision : l centime est l centime

I Pour le Flegmatique, être ordonné dans le rangement est source de facilité et de gain de temps !

I Bien que n’étant pas leaders de nature, ils possèdent des qualités de direction…

+ Pacifique

I Ils ont un véritable amour pour la paix et la sérénité à Abraham : Gn.l3 : 8-9 (la querelle des bergers)

Mr Flegmatique : points faibles (p 43 & 44)

+ Lent et paresseux

I Son plus grand défaut est d’être lent et paresseux à il est difficile de le pousser à l’action contre sa volonté !

I Il est spectateur dans la vie à < en faire le moins possible » est son crédo

I Ce qui l’empêche de mettre en route des projets qu’il est pourtant capable de réaliser : pour lui c’est < trop de travail »

+ Taquin

I Son sens aigu de l’humour et son attitude « neutre » le portent a taquiner/menacer ceux qui sont plus motivés que lui

I Il refroidit l’enthousiasme du Sanguin, il se moquera des lamentations du Mélancolique, et il va dire au Colérique les points faibles de son projet…

+ Éntêté

I Quand il s’entête, il est capable d’irriter les autres par son humour tout en gardant son calme et son sang-froid

I Mr Flegmatique peut être très égoïste (plus que les autres) et ça ne s’arrange pas du tout avec l’âge…

I Peut s’opposer avec entêtement à tout changement à cela risquerait de trop l’engager

I Conservateur de nature, il devient de plus en plus résistant aux suggestions de projets des autres tempéraments

+ Indécis, peureux et passif (Abraham écoute Sarah en Gn.16, ensuite accepte sans broncher de renvoyer Ismaël et

Agar.. pire : par crainte du pharaon, il ment et dit que Sara est sa sœur.. !)

I Le fait d’être toujours indécis ne s’arrange pas avec l’âge àtoujours la même raison : pas envie de s’engager

I Se joint avec peu d’empressement à un projet car convaincu que son plan est meilleur..

I Ne pas vouloir payer le prix écrase son esprit pratique naturel (ex : Jonas)

 

 

(Genèse 12) à Abraham, flegmatique par excellence, s’arrête a Harân juste après que Dieu lui demande de quitter Ur. Il a fallu attendre que son père Térah meure pour obéir au 2ème appel de Dieu (la promesse passée très rassurante de Dieu

est réitérée en Genèse 12 :1-3..). Il prendra par sécurité avec lui Loth. Difficile de faire confiance a Dieu : peur de

l’inconnu ! Idem, dans Gn. 12 :10 il fuit la famine, quitte le pays pour aller en Égypte : autre couverture sécurisante…. sans avoir consulté les directives de Dieu !

 

 

Ses besoins spirituels fondamentaux sont l’amour, la bonté, la douceur, la maîtrise de soi et la foi

 

 

 

FIN DE PARTIE. 2

 

 

Partie.3

 

 

Le Sanguin

Les Tempéraments modifiés par l’Esprit

Jusqu’a la mort de Jésus, le tempérament de Pierre est amplement dominé par ses points faibles (vantard, impulsif, égocentrique, agité..). La résurrection du Seigneur Jésus sera le point de départ vers un véritable tournant dans sa vie.

Le « DÉCLIC > et la conversion de Pierre

Jean 21 : 15-17 Jésus va le rencontrer, le confronter sérieusement. Après la pêche miraculeuse, Jésus poussera Pierre jusque dans ses

retranchements en lui posant la question bouleversante de sa vie : < Simon, fils de Jonas, m’aimes-tu plus que les autres ? > ; ce a quoi Pierre répondra: < Oui, Seigneur, tu sais que j’ai de l’amour pour toi.> En réalité, Pierre lui dit < Oui Seigneur, tu sais bien que je suis ton ami… > Mais Jésus insiste, ce qui embarrasse Pierre qui continue a répondre en bon sanguin : < Oui Seigneur, tu sais bien que je suis ton ami… > Quand Jésus lui pose la même question la 3ème fois, il utilise le terme le plus fort qui soit < amour inconditionnel >. Attristé et très embarrassé, Pierre déposera les armes de ses émotions: < Seigneur, tu sais tout, tu sais bien que je suis ton ami >. Ce n’est qu’a partir de ce moment-la que le disciple Pierre va peu a peu devenir l’apôtre Pierre… Il va se convertir et passer aux < Actes >.

La « Chambre Haute >

Après le revêtement de puissance par le Saint-Esprit, le côté sanguin et spontané de Pierre sera un puissant outil entre les mains de Dieu : Première prêche = 3000 personnes vont tourner vers le Seigneur !

Son côté « égocentrique > va complètement être changé et tourné vers la personne de Christ : lorsqu’il monte au temple avec Jean, il

dira au boIteux :

Actes 3 : 6 «Je n’ai ni argent ni or, mais ce que j’ai, je te le donne: au nom de Jesus-Christ de Nazareth, [lève-toi et] marche!»

Son ministère va réellement démarrer et s’envoler oü le Saint-Esprit aura la liberté de magnifier son tempérament pour que Jésus soit élevé

et glorifié !

« Tu n’es plus Simon mais Pierre… > = l’ancienne nature sanguine va laisser place a la nouvelle nature « rocheuse > solidement

ancrée sur Christ !

De piètre < parleur > impulsif, le Saint-Esprit fit de Pierre un excellent prédicateur de la Parole !

Le < je > et le < moi > deviendront sous l’influence de l’Esprit un humble et vigoureux <ce que j‘ai, je te le donne au nom du Seigneur Jesus ! > L’agité et crispé qu’il était deviendra le Pierre confiant et rempli de « paix >.

D’inconséquent, de très émotif et d’impulsif qu’il était, le Saint-Esprit fera de lui un apôtre beaucoup plus discipliné. De peureux et lâche qu’il était, le Saint-Esprit lui donnera un courage et une assurance sans précédent.

On le voit, Pierre qui avait passé quelques années auprès de Jésus, a eu besoin de brisements et de nombreux encouragements, il a eu besoin

de se planter et d’être relevé, besoin de la croix et besoin de rencontrer le ressuscité, besoin de prières et de la Pentecôte … Un long

processus…

Le Colerique

Le déclic pour Paul, … sur le chemin de Damas, une rencontre percutante avec Jésus

 

 

- Paul a rencontré le Christ ressuscité sur le chemin de Damas. (Act 9)

- Cette rencontre va bouleverser sa vie, sa destinée et son tempérament.

- Paul se convertit a Jésus-Christ et abandonne son ancienne religion, son ancien mode de vie

- Sa conversion est suivie d’une expérience qui va le transformer : Il est rempli du St-E (9 : 17) et cela est directement suivi de son baptême (9 :18)

- Il est extraordinaire de voir que Paul, le colérique, juste après avoir quitté la maison d’Ananias, se mit a enseigner dans les synagogues que Jésus est le Fils de Dieu (9 : 20) : son ministère a commencé …

Celui qui avait de la haine et qui persécutaient les chrétiens était devenu l’un d’entre eux !! La haine fut remplacée par l’amour …

 

 

Voila comment le fruit de l’Esprit s’est traduit dans la vie de Paul

- l’un des premiers changements dans la vie d’un colérique rempli de l’Esprit sera son amour pour les gens.

Petit a petit, il considérera les autres comme des personnes pour lesquelles Christ est mort, et une compassion authentique pour les

autres caractérisera désormais sa façon de vivre.

- la paix au lieu des ulcères !! A mesure que la grâce de Dieu remplace sa colère innée, il se rend compte qu’il est plus heureux, plus

épanoui, plus satisfait. Au lieu de bouillir de l’intérieur, il pourra compter sur cette < paix qui dépasse toute intelligence >, pour reprendre les mots mêmes de Paul …

- Cette colère explosive pourra être canalisée par la maItrise de soi dont il a tellement besoin.

- Son impulsivité pourra laisser place a la patience. Il sera a même de supporter tout pour la cause de Christ, TOUT ! au lieu de sentir un

sentiment de révolte ou d’injustice, il pourra trouver en lui la patience et la persévérance nécessaire

- Et la douceur remplacera ainsi le côté rude, rugueux, dur voire cruel

- A la fin, il pourra même dire : soyez mes imitateurs, comme je suis moi-même imitateur de Christ > … Paul le colérique cruel s’expose comme un exemple a suivre

- Ça c’est l’œuvre du St-E dans sa vie qui a utilisé

- Pourtant, l’épisode avec Jean-Marc démontre encore un côté typique du colérique … exemple concret

 

 

Act 15 36Quelques jours après, Paul dit a Barnabas : Retournons visiter les frères dans toutes les villes oü nous avons annoncé la parole du Seigneur, pour voir oü ils en sont. 37Barnabas voulait prendre aussi avec eux Jean, surnommé Marc ; 38mais Paul estima ne pas devoir prendre avec eux celui qui s'était détourné d'eux depuis la Pamphylie, et qui ne les avait pas accompagnés dans leur œuvre (Act 13). 39Le dissentiment fut si aigre que finalement ils se séparèrent. Barnabas prit Marc avec lui et s'embarqua pour Chypre.

Au ch. 13, Jean-Marc s’est séparé de l’équipe lors du 1er voyage missionnaire des apôtres. Peur et fuite des persécutions ? Découragement ? Fatigue ? Lâcheté ?? Le texte du ch. 13 n’est pas précis quant aux raisons de son départ, mais au ch. 15, il semble clair que Paul ne le veut plus du tout avec eux.

 

 

Un colérique comme Paul ne peut tolérer les lâcheurs. Par nature, il est intolérant vis-a-vis de ceux qui ne partagent pas son endurance et son énergie face a l’adversité. Il est dur et intransigeant.

 

 

Mais Barnabas, le mélancolique, insiste pour que son neveu, Jean-Marc, se joigne de nouveau a eux. Une telle attitude est typique de son tempérament car il est un ami loyal, un individu sensible, prêt au sacrifice et qui avait tendance a vouloir donner au jeune homme une deuxième chance. Il est idéaliste dans l’âme.

 

 

Paul est absolument inflexible. Act 15 nous révèle au v. 39 que le dissentiment fut si aigre que finalement ils se séparèrent, Barnabas prit Marc avec lui et s'embarqua pour Chypre : une dispute a éclaté entre Paul et Barnabas qui les a amené a se séparer.

 

 

Paul a un tempérament fort, violent. Sa dureté mêlée a son manque de compassion a l’égard de Jean-Marc en est caractéristique. Barnabas, digne de confiance, continuera ce qu’il a commencé, mais sans se séparer de son neveu.

 

Bien plus tard, Paul écrira a Timothée : Prends Marc et amène-le avec toi ; car il m‘est très utile pour mon ministère. Entre-temps, Jean- Marc s’est découvert un don d’écrivain qui lui a permis de produire l’évangile qui porte son nom.

 

 

Le Flegmatique

 

Le tempérament qui manifeste le changement le moins spectaculaire, lorsqu’il est rempli de l’Esprit, c’est le Flegmatique. On le voit dans le très lent cheminement depuis le moment oü Dieu va l’appeler a < sortir du pays d’Ur (ville prospère et très idolâtre)>, et donc de sa tranquille et confortable petite vie de famille… La très idolâtre ville d’Ur n’était pas le lieu souhaité par Dieu pour y établir le Grand Patriarche de la Foi..

La peur du changement, de l’inconnu, des ennemis a devoir affronter le portent a avancer très doucement, voire même a s’arrêter avant que

Dieu ne lui rappelle plusieurs fois la Promesse de ses débuts...

 

 

Les « DÉCLICS > lents mais certain d’Abraham

Le point de départ dans le succès spirituel d’Abraham sera difficile a situer mais on voit a travers toute sa vie des moments de rencontres

ponctuelles avec son Dieu.

Genèse 12 Bien qu’Abraham va encaisser la honte de sa peur vis-a-vis du Pharaon d’Égypte par rapport a sa femme Sarah, le Saint-Esprit va

commencer a le changer et lui faire comprendre qu’on ne peut rien accomplir par compromis. Dieu adaptera Sa patience au tempérament lent a comprendre d’Abraham. Malgré la Promesse claire, Abraham va beaucoup apprendre de la souffrance et du détachement d’avec Ismaël

(le fils d’un énième compromis). Le Saint-Esprit le façonnera peu a peu mais sûrement. On le verra aussi changer sensiblement dans le courage qu’il aura d’aller récupérer son neveu Lot fait prisonnier, en lui donnant même une victoire retentissante sur ses ennemis !

Sa communion si étroite par le Saint-Esprit lui vaudra au terme de sa vie d’être appelé l’Ami de Dieu !

Genèse 29 --> Jacob : autre exemple d’un flegmatique que Dieu va façonner et changer a son rythme. Il sera a l’école du Saint-Esprit pendant 14 longues années chez son oncle Laban oü son tempérament casanier, timide et trompeur sera transformé en audacieux patriarche, courageux et aventureux.

 

 

De spectateur passif, il devient sous l’action de l’Esprit un participant et même un Leader volontaire !

Son côté moqueur et son humour très ironique laissera la place a plus d’amour sincère pour le prochain, source de joie et bonne

compagnie !

La peur et la timidité qui ont caractérisé toute sa vie laissera place a un cœur rempli de Foi et de confiance.

Son égoïsme et son repli sur soi sera transformé en dévouement et en générosité envers les autres !

Bien qu’hésitant a s’aventurer dans des terres inconnues, le Saint-Esprit le rendra courageux et capable d’affronter les imprévus.

Bien que réservés et observateurs, Dieu fera d’Abraham et de Jacob 2 des plus grands patriarches et voyageurs de tous les temps.. !

 

 

Le melancolique

 

David, le mélancolique avec le tempérament le pus profond, le plus sensible, l’artiste méditatif, pensif et créatif, lui, sujet a des changements d’humeur : parfois il est poussé jusqu’a l’extase, ce qui le fait agir de façon extravertie (dansant nu, enthousiasmé lorsque l’arche a fait son entrée a Jérusalem). Mais dans d’autres périodes, il devient morne et déprimé (Ps. de lamentations comme le Ps. 22), capable du meilleur comme du pire, Goliath / BathSheba, l’ami fidèle et loyal et pourtant tellement égocentrique lorsqu’il se perd dans ses pensées sur la terrasse et qu’il ne fera pas que méditer sur sa couche !

 

 

David est un homme avec ses carences, ses manques, ses défaillances, ses fautes, ses désespoirs, ses examens de conscience, ses repentirs. Il a l'assurance d’être pardonné, et vit de multiples restaurations de l’âme, suivies de réadmissions dans le service. Il exprime souvent sa joie dans ses psaumes, joie d’avoir retrouvé la relation avec son Dieu, et même une relation nouvelle amplifiée par le pardon et la grâce, ces deux dons nécessaires pour vivre les plans et les promesses de Dieu.

 

 

David l’homme selon le cœur de Dieu

- Des batailles : des défaites et des victoires

- Des hauts-faits et des défaillances très profondes

- Des hauts et des bas

- Des chants de victoire, de louange et des psaumes imprécatoires

- Des psaumes d’adoration extraordinaires et des prières de dépression

« Aie pitié de moi, Eternel ! Car je suis sans force; Guéris-moi, Eternel ! Car mes os sont tremblants. Mon âme est toute troublée; Et toi, Eternel ! Jusqu‘à quand ? Je m'épuise à force de gémir; Chaque nuit ma couche est baignée de mes larmes, Mon lit est arrosé de mes pleurs. J'ai le visage usé par le chagrin; Tous ceux qui me persécutent le font vieillir. » (Psaume 6.2-8)

 

 

David, un homme vrai, authentique.

Il ne se cache pas derrière des excuses, mais acceptera de toujours se laisser toucher, convaincre et pardonner par le Seigneur. Pensons a sa rencontre avec Nathan… il réagit par rapport a la brebis du berger de l’histoire du prophète, mais réagit encore plus douloureusement quant il réalise sa propre faute.

Il a péché, il a chuté … mais il s’est toujours laissé relever et restaurer !

Dieu ne regarde pas comment ou combien de fois nous tombons, non, ce qui compte, c’est comment nous nous relevons !

 

 

Nous retrouvons le travail régulier opéré par le Saint-Esprit dans la vie de David pour le transformer, régulièrement, progressivement, périodiquement avec de nombreux et inlassables déclics :

Au travers de la prière régulière comme nous le voyons dans une prière du Psaume 51.

 

 

Quelques éléments clés :

- Avoir un cœur repentant qui compte sur la grâce de Dieu:

3O Dieu ! fais-moi grâce selon ta bienveillance, Selon ta grande compassion, efface mes crimes ;

- Besoin d’être purifié :

4Lave-moi complètement de ma faute,

Et purifie-moi de mon péché.

- qui reconnait sa faute,

5Car je reconnais mes crimes, Et mon péché est constamment devant moi.

6J'ai péché contre toi, contre toi seul, Et j'ai fait le mal a tes yeux,

En sorte que tu seras juste dans ta sentence, Sans reproche dans ton jugement.

11Détourne ta face de mes péchés, Efface toutes mes fautes.

12O Dieu ! crée en moi un cœur pur,

- Besoin de l’Esprit de Dieu

Renouvelle en moi un esprit bien disposé. 13Ne me rejette pas loin de ta face, Ne me retire pas ton Esprit Saint.

- Besoin de transformation intérieure :

14Rends-moi la joie de ton salut, Et qu'un esprit de bonne volonté me soutienne !

En résumé …

 

 

Pourquoi être rempli de l’Esprit : Pour manifester Son fruit en nous et ses composantes

 

 

Etre rempli de l’Esprit, c’est tout simplement ressembler a Jésus

C’est avoir le tempérament et les traits caractéristiques de Jésus : porter le fruit de l’Esprit !

 

 

Comment être rempli du Saint-Esprit ?

 

 

Eph 5 : 18 nous dit :

< Ne vous enivrez pas de vin, c‘est de la débauche. Soyez plutôt rempli de l‘Esprit >

Une affirmation a l’impératif : Soyez rempli de l’Esprit !! Si il est possible (mais non recommandé !) d’être rempli d’alcool, Dieu nous dit que nous pouvons tout autant être rempli de l’Esprit … un ordre ou plutôt une promesse !

 

 

Dieu ne rend jamais impossible un impératif, un commandement

Il nous donne l’ordre d’être rempli de l’Esprit et Il le fait, avec nous !!

 

 

Il y a quelques étapes toutes simples mais essentielles :

ð Examen de conscience :

ü Régulièrement s’éprouver soi-même, et s’il le faut, demander l’aide du St-E qui lui, nous convaincra de péché … Il sonde nos reins et saura très vite mettre en lumière ce qui est encore ténèbres en nous !!

ü Etre vrai vis-a-vis de nous même : être objectif sur qui on est et sur le tempérament qui est le nôtre.

ü ConnaItre et accepter nos faiblesses est aussi important que de connaItre nos forces.

Parce que connaItre nos faiblesses va nous permettre de nous évaluer a la Parole de Dieu. Pas nous comparer aux autres mais bien de prendre comme < norme > Jésus-Christ !! Jésus a les 4 tempéraments dans leur perfection et a le fruit de l’Esprit a l’état pur : voila la norme …

Si il y a des choses qui sont vraiment trop éloignées du modèle par excellence, alors, il faut le reconnaItre et passer a la 2ème

étape !!

ð Confession de tout péché connu

ü Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner et pour nous purifier de tous péchés

ü La Bible n’évalue pas un péché par rapport a un autre, mais ils sont tous sur le même pied d’égalité !

ü Pas de petits ou grands quant a nos problèmes de tempéraments …

ü Dès que l’on est conscient d’un trait de notre caractère défaillant, confessons-le ! autrement, on le laissera continuer a nous

polluer et on pourra même finir par dire : j’en peux rien, je suis né avec !!

Faux : c’est un péché qu’il faut abandonner, et ça ne peut se faire qu’en passant par la croix et l’humiliation …

ð Soumission entière a Dieu :

Ro 6 : 11 Ainsi, vous aussi, considérez-vous comme morts pour le péché, et comme vivants pour Dieu dans l'union avec Jésus-Christ.

12 Que le péché n'exerce donc plus sa domination sur votre corps mortel pour vous soumettre a ses désirs.

13 Ne mettez pas vos membres a la disposition du péché comme des armes au service du mal. Mais puisque vous étiez morts et que vous

êtes maintenant vivants, offrez-vous vous-mêmes a Dieu et mettez vos membres a sa disposition comme des armes au service du bien.

14 Car le péché ne sera plus votre maItre

ü Etre entièrement disponible entre les mains de Dieu et faire tout ce que le St-E nous demande

ü Dans tout ce que nous traversons : si nous demandons la patience, il nous mettra a l’épreuve pendant des années : ce n’est qu’a

ce prix-la que nous pourrons apprendre a être patient. La patience n’est pas un don spirituel, elle est un fruit : donc, comme un fruit, il y a un temps de maturation pour qu’il produise le meilleur de lui-même !!

ð demandez a être rempli du Saint-Esprit

ü si ce n’a pas encore été fait !

ü Lc 11 : 13 Si donc, méchants comme vous l'êtes, vous savez donner de bonnes choses a vos enfants, a combien plus forte raison le Père céleste donnera-t-il le Saint-Esprit a ceux qui le lui demandent.

ð Se laisser transformer par … les autres

ü Le Seigneur se sert souvent des autres pour nous faire évoluer, changer

ü Que ce soit notre < moitié >, que ce soit celui/celle qui s’oppose a nous, que ce soit un de nos < responsables >, Dieu utilise les autres pour nous transformer

ð Marcher dans l’Esprit

ü Si nous vivons par l’Esprit, marchons aussi par l’Esprit

ü C’est un processus de tous les jours, nous ne sommes jamais arrivés au bout

ü Ici, il s’agit de ne pas attrister l’Esprit ou encore d’éteindre l’Esprit, mais bien de progresser, d’avancer, de continuer

ü C’est ça la sanctification : un chemin toujours a prendre pour nous rapprocher de l’exemple parfait de Jésus

ü Il s’agit donc d’être continuellement rempli, renouvelé par l’Esprit

et tout cela va nous permettre de travailler nos faiblesses, nos manquements : C’est lui qui nous transforme mais Il ne le fait pas sans nous : on coopère a l’œuvre du Saint-Esprit en nous … c’est un gentleman qui n’attend que notre « oui > !

Une transformation progressive a l’image du Seigneur Jésus-Christ

 

 

Notre personnalité peut-elle se métamorphoser ?Le Dr Pablo Martinez, psychiatre a Barcelone, ne le pense pas : ce que nous sommes, Dieu ne l’annihile pas, mais il le transfigure. En y mettant le temps.

 

 

Le Saint-Esprit ne change pas directement la dimension psychologique de chacun d’entre nous : les traits fondamentaux de notre personnalité restent les mêmes, tout comme le Saint-Esprit ne nous donne pas plus de cheveux ou touche nos yeux si notre vue a baissé, et il n’ajoute pas une quinzaine de centimètres a quelqu’un de petit. Un timide ou un introverti se trompe complètement s’il s’attend a voir une transformation totale de sa personnalité comme résultat de sa conversion. Et pareillement l’extraverti qui regrette une dizaine de fois par jour que sa langue fonctionne plus vite que son esprit a tort s’il attend que le Saint-Esprit fasse de lui un introverti.

Imaginez un verre, une tasse, une bouteille dans lesquels vous versez de l’eau. L’eau s’adapte a la forme du récipient qui la contient. Prenez

une bouteille rouge, verte ou jaune et mettez-y de l’eau : extérieurement, l’eau semble radicalement différente. Pourtant, dans tous les cas, l’eau reste la même, indépendamment de la forme ou de la couleur de la bouteille. Ce qui change, c’est sa façon de s’adapter aux formes extérieures et aux couleurs. Il va sans dire que nous sommes les bouteilles. Nous sommes rouges, jaunes ou verts, et nous avons des tempéraments sanguins, mélancoliques ou flegmatiques. L’adaptation du Saint-Esprit au-dedans de nous n’implique pas du tout que le récipient change.

Cependant, le Saint-Esprit influence plusieurs aspects de base de notre personnalité : d’abord l’aspect existentiel. Cela se manifeste par des

priorités, des valeurs nouvelles. Les choses qui m’inquiétaient avant ma conversion passent désormais a l’arrière-plan. En revanche, d’autres choses qui sommeillaient, prennent une position éminente dans ma vie. Comparons seulement les lectures que nous avions avant notre conversion avec nos lectures actuelles, notre attitude vis-a-vis de l’argent, de la sexualité, de la famille, etc.

Ce sont de fausses espérances qui exigent que le Saint-Esprit change radicalement mon tempérament et ma personnalité. Dieu peut toujours

opérer des miracles, mais ce n’est pas sa façon habituelle de procéder. Il n’est donc pas juste de nous attendre de la part du Saint-Esprit a des changements complets dans notre personnalité de base. Mais nous sommes censés changer, progressivement, dans les aspects que j’ai relevés. Ce n’est pas ici-bas que nous arriverons a un comportement parfait. Et c’est la raison pour laquelle il y a tant de luttes. Si donc vous connaissez une lutte comme celle expérimentée par l’apôtre Paul (< Le mal que je veux éviter, c’est cela que je fais, mais le bien que je veux faire, je n’y atteins pas >, Rom 7.19), cela signifie certainement que le Saint-Esprit est a l’œuvre pour modifier votre comportement.

 

 

Miracles naturels

Dieu préfère travailler a travers la nature, et non contre la nature. Or, notre personnalité comporte certains traits, qui appartiennent

profondément a la nature. Par exemple, je ne vois aucune preuve, ni dans le livre des Actes, ni dans les ÉpItres, d’un changement fondamental dans la personnalité de l’apôtre Paul. Auparavant, il avait une volonté très forte et cela a continué de la même façon. C’était un excellent penseur, et il l’est resté. C’était un homme très courageux, mais il avait quelques points faibles : < Moi-même j’étais auprès de vous dans un état de faiblesse, de crainte et de grand tremblement. > (1 Cor 2.3) ; < Car, depuis notre arrivée en Macédoine, notre chair n’eut aucun repos. Nous étions affligés de toutes manières, luttes au dehors, craintes au-dedans. > (2 Cor 7.5) L’apôtre Paul tendait a avoir des problèmes émotionnels : dépression, solitude, et beaucoup d’autres difficultés, et pourtant c’était un champion de la foi chrétienne, rempli

du Saint-Esprit. Mais cette plénitude n’était pas compatible avec certaines émotions humaines qui sont essentiellement liées a notre nature. Et surtout, considérez la fameuse < écharde dans la chair >. On a tenté toute une diversité d’explications a ce sujet, dans le détail desquelles nous n’allons pas entrer, mais il est certain qu’elle lui causait de l’angoisse et de la révolte. Pour un chrétien < super-spirituel >, si vous avez le Saint-Esprit, vous n’avez pas le droit de vous rebeller contre Dieu. Et pourtant l’apôtre Paul, avant d’accepter cette épreuve dans sa vie, a demandé au Seigneur a trois reprises de l’en délivrer, et nous ne trouvons aucune mention d’une parole de reproche de la part du Seigneur. On peut encore penser la biographie de l’apôtre Pierre, un homme extraverti, impulsif. De quelle manière sa vie a-t-elle été changée, après avoir reçu le Saint Esprit ? Il a continué a être fondamentalement le même homme quant a son tempérament. Mais il a connu un changement radical, spectaculaire, quant aux buts et aux valeurs de sa vie — un sens nouveau, une nouvelle espérance, de nouvelles priorités, un nouveau comportement.

 

 

Question de temps

Fondamentalement, le salut est produit par la grâce seule. Nous savons tout cela par cœur. Nous avons pourtant l’impression que très souvent il ne s’agit que d’une compréhension intellectuelle car, dans la pratique de notre conduite quotidienne, nous nous comportons comme s’il fallait gagner, mériter notre salut.

Nous vivons dans une société oü l’homme veut tout, tout de suite, automatiquement (café ou photos : l’important, c’est de tout obtenir

immédiatement). Et aussi l’impression que trop souvent les chrétiens se laissent influencer dans ce domaine par le monde, d’une manière subtile. C’est ici qu’il faut se souvenir de ce texte : < Ne vous laissez pas conformer a l’esprit de ce monde. > (Rom 12.1-2) Beaucoup d’entre nous trouvent difficile d’attendre le moment du Seigneur. Or le calendrier du Seigneur n’est pas le nôtre.

Il convient d’insister sur la progressivité de l’œuvre du Saint-Esprit : < Le sentier des justes est comme la lumière resplendissante, dont

l’éclat va croissant jusqu’au milieu du jour. > (Pr 4.18) Quelle image extraordinaire ! C’est avec beaucoup de lenteur que la lumière croit jusqu’a l’aube, mais ce travail n’a pas d’interruption et il continue progressivement. Nous retrouvons cette idée dans cet autre texte : < Je suis persuadé que celui qui a commencé en vous cette bonne œuvre, la rendra parfaite pour le jour de Jésus-Christ. > (Phil 1.6) Ressembler davantage a Jésus-Christ nous entraIne a forger notre caractère, notre tempérament.

 

 

Voler, courir, marcher

Le premier but de notre vie chrétienne n’est pas de faire, mais de devenir. Ce n’est donc pas tant le nombre des activités dans lesquelles nous sommes impliqués qui importe, mais la croissance vers notre ressemblance a Jésus-Christ. < Ceux qui se confient en l’Éternel renouvellent leur force ; ils prennent leur vol comme les aigles ; ils courent et ne se lassent point, ils marchent et ne se fatiguent point. > (És 40.31) Ce verset est un bon résumé de notre croissance chrétienne, ne serait-ce qu’a travers ces trois verbes, d’une intensité différente, illustrant trois expériences possibles de notre marche chrétienne. Certains voleront, d’autres courront, et d’autres encore ne feront que marcher. Et pourtant, dans les trois cas, nous avons l’idée de mouvement. Personne ne reste immobile. Il y a des moments de notre vie oü nous sommes capables de voler, il y a d’autres moments oü nous ne sommes capables que de marcher, et a d’autres moments, il nous arrive de courir. La vitesse n’a pas d’importance ; elle est une des drogues de l’homme moderne. Mais comme nous l’avons déja dit, le Seigneur ne se soucie pas tant de la vitesse ou de la hâte de notre mouvement que de notre croissance.

Cette série de 3 études a été réalisée, principalement, a partir des deux livres de Tim Lahaye et d’études et articles sérieux. Elle est le produit d’une réflexion conjointe avec le pasteur Fanara Calogéro (Eglise Chrétienne Evangélique de La Louvière). Elle est donc mise a disposition pour tout un chacun, sans Copyright !

Soyez Béni,

 

Past. David REMY

Petit-Wasmes, février 2018.

 

FIN DE PARTIE. 3

 

 

Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé

© Copyright 2016 EPUB Petit-Wasmes. Tous droits réservés